Archives de Tag: Delacroix

Gallica, Bibliothèque Numérique.

Par défaut
Page d'accueil de la Bibliothèque Numérique, Gallica.

Page d’accueil de la Bibliothèque Numérique, Gallica.

La Bibliothèque Numérique Gallica est une autre base de donnée incontournable pour la recherche de documents numérisés. Elle est celle de la Bibliothèque Nationale de France ( BnF ). Cette dernière nous offre une gamme de données impressionnantes tels que des livres, des manuscrits, des cartes, images, presses et revues, partitions et autres.

D’après Wikipédia,  » Au 24 février 2010, Gallica proposait à la consultation en ligne 1020 766 documents dont 408 190 en mode texte : 184 157 livres, 5 462 périodiques, revues et journaux (soit 698 446 fascicules), 120 102 images fixes, 4722 manuscrits, 9 759 cartes et plans, 2 523 partitions et 1 057 documents sonores, soit un rythme de 1 500 documents numérisés par jour. Un certain nombre d’ouvrages a fait l’objet d’une reconnaissance optique de caractères et le texte peut être recherché sur Gallica. »

C’est la bibliothèque elle-même qui se charge de numériser ses propres documents afin de nous les mettre a disposition. Soit elle nous renvoie directement vers une autre base de données ou portails comme la base de données de L’INHA par exemple, soit il nous est possible de consulter sur Gallica. Ainsi, un lien voir même un réseau se tisse entre les différentes humanités numériques. Néanmoins, elle ne fait parfois que répertorier les informations mais les ouvrages ne sont pas consultables.

Par ailleurs, l’interface est simple et pratique, d’une part par son aspect sobre et d’autre part par les indications claires. Il nous est possible de faire des recherches avancées et par auteurs et même par langue. Cette source nous est donc utile pour avoir accès aux informations.

Recherche sur Gallica, D'Eugène Delacrois au néo-impressionnisme.

Recherche sur Gallica, D’Eugène Delacrois au néo-impressionnisme.

Dans le cadre de notre étude, cette bibliothèque numérique nous permet de consulter l’ouvrage de Paul Signac: D’Eugène Delacrois et le néo-impressionnisme

L’Internet Archive: une bibliothèque numérique

Par défaut

Capture d’écran 2013-02-27 à 11.02.05

Après quelques recherches je suis arrivé sur le site Archive.org qui je pense est une référence presque incontournable. Fondé en 1996 à San Francisco par Brewster Kahle, un informaticien sortant du MIT, cette bibliothèque numérique est une base de donnée qui aujourd’hui regroupe aussi bien des textes et des livres que des enregistrements audio et vidéos. Ce site à but non lucratif a pour but d’offrir un accès permanent aux chercheurs, historiens, étudiants, personnes handicapés et au publique plus large à une base de donnée digitale. Cliquez ici pour accéder à l’ouvrage. Le fondateur et ses collègues comparent la création de ce site à celle de la bibliothèque d’Alexandrie, c’est pour dire l’ampleur du projet qu’ils se sont fixés.Tous les clichés du site sont référencés grâce à Wayback Machine. Grâce à ce service les  utilisateurs peuvent consulter toutes les archives en temps réel.Dès la page d’accueil le site prône une grande simplicité. L’interface est sobre et permet de ne pas perdre de vue l’objectif principal du site, qui est de fournir des données gratuites pour tous.La banderole supérieure donne toutes les catégories de documents consultables, ce qui permet une recherche plus précise. Mais si le visiteur connaît exactement le nom du document recherché, une case de recherche est disponible.Bien entendu, l’actualité du site est présentée. Elle est sous la forme de quatre cases qui sont les quatre grandes sections, la vidéo, la musique, l’audio et les textes.

Parmi les quelques 3 872 913 textes présents sur le site, se trouve le livre complet de Paul Signac, D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme publié en 1899. Le peintre dans ce texte y défend l’influence d’Eugène Delacroix sur l’impressionnisme et le néo-impressionnisme. Bien sur l’article parle en majeure partie du rôle capital de la couleur et du mélange optique qui « tend vers la clarté et l’éclat ». La juxtaposition de couleurs et non le mélange qui rend la peinture sale, permet d’obtenir à la fois la couleur et la lumière selon les propos de Delacroix. Dans la totalité de l’article nous voyons clairement l’influence incroyable que Delacroix a pu avoir sur Signac et d’autres peintres néo-impressionnistes, remplacer tout mélange pigmentaire par un mélange optique devient la base de réflexion de ces artistes en partie grâce à ce texte.

Bien entendu, Delacroix n’est pas la seule référence de cet ouvrage, Signac défend aussi fermement Georges Seurat qui n’est autre que le chef de file du pointillisme.

Edition de 1911

D’Eugène Delacroix au Néo-Impressionnisme, Edition de 1911

L’influence de cet ouvrage ne s’arrête pas au néo-impressionnisme, c’est l’apologie de la couleur qui est la plus forte. En effet jusqu’à la première guerre mondiale il était l’un des seuls traités picturaux qui abordait les problèmes techniques.

Matisse, Delaunay ou encore Picasso et bien d’autres le lire et l’interprétèrent à leur manière. Les principes techniques de Signac touchèrent toute une génération d’artiste.

Pour dire, Signac finit son ouvrage sur ces mots :  » Si parmi (les néo-impressionnistes) ne se manifeste pas déjà l’artiste qui, par son génie, saura imposer cette technique (la division), ils auront du moins servi à lui préparer la tâche. Ce coloriste triomphateur n’a plus qu’à paraître : on lui a préparé sa palette. « 

D'Eugène Delacroix au Néo-Impressionnisme, Edition original de 1899 dédicacée à Felix Fénéon

D’Eugène Delacroix au Néo-Impressionnisme, Edition original de 1899 dédicacée à Felix Fénéon