Archives de Tag: Musée

Une exposition lumineuse à Giverny : le pointilliste Paul Signac

Par défaut

Le reportage de Virginie Ducroquet et Eric Pierson, .posté sur l’interface de France 3 TV, revient sur l’exposition de Paul Signac, peintre néo-impressionniste, ayant lieu actuellement au musée Giverny à Paris dans le cadre du festival Normandie Impressionnisme.

En effet, ce reportage revient sur le thème de l’exposition à savoir « Paul Signac et les couleurs de l’eau » en traitant dans une première partie des premières inspirations du peintre et de sa passion pour le milieu marin, univers cher à son cœur qu’il ne cessera de dépeindre tout au long de sa carrière.

Paul Signac en mer

Paul Signac en mer

Avant de s’inscrire dans une dynamique néo impressionniste, Paul Signac affiché un engouement pour la peinture impressionniste et plus particulièrement pour l’œuvre de Claude Monet, peintre du célèbre tableau Impression Soleil Levant.

Claude Monet, Impression Soleil Levant

Claude Monet, Impression Soleil Levant

 

Sa rencontre avec Georges Seurat, chef de file du courant néo impressionniste en 1884 le pousse à adopter cette spécificité scientifique du mouvement, reprenant les théories scientifiques de Goethe ou encore de Chevreul.

 

Cercle Chromatique de Chevreul

Cercle Chromatique de Chevreul

Il s’initie dès lors à la technique du pointillisme consistant à juxtaposer des touches de couleurs pures, point par point, créant un motif formé par l’œil lui-même grâce à une certaine harmonie des couleurs. En effet, les couleurs ne sont pas mélangées, c’est au spectateur de recomposer le motif par la seule observation de la toile.

Capture d’écran (25)

Suite à la mort de Seurat, Paul Signac décide de s’installer à St Tropez où  il se met rapidement à l’aquarelle, technique lui permettant de peindre sur le motif et lui remémorant ses premiers amours à savoir la peinture impressionniste. C’est un médium peut encombrant facilitant les voyages du peintre.

Capture d’écran (31)

Paul Signac, aquarelle

Paul Signac, aquarelle

Petit à petit ses aquarelles auront tendance à s’éloigner de tout réalisme de tendre vers des aspirations plus abstraite.

Ce reportage a le mérite de donner une vue d’ensemble sur ce qu’à pu être la carrière de Seurat tout en mettant en lumière la thématique de l’exposition, objet même du reportage à savoir « Les couleurs de l’eau ».

L’agence photographique de la RMN

Par défaut

L’agence photographique de la RMNest une interface nous donnant l’accès à un très grand nombre d’images numérisées (près de 600 000) d’œuvres conservées en France. De plus, le site rend également possible l’accès à des collections étrangères telles que celle du Metropolitan Museum of art de New York (ayant d’ailleurs fait l’objet d’un article dans notre blog) ou encore de la National Gallery de Londres.


Page d'accueil

Page d’accueil

Pour faciliter notre recherche, l’interface nous permet d’accéder à des onglets spécifiques à savoir « Musées dans Paris et sa régions », « Musées de Provinces », « Collections étrangères » ou encore « Fonds photographiques ». Lorsque l’on clique sur l’un de ces onglets, une liste assez conséquente se dresse devant nous, preuve de la densité des musées recensées sur cette interface.

Pour chaque musée, une courte notice descriptive nous expose l’objet de la collection afin de faciliter la recherche du visiteur.

Lorsque le visiteur cherche une image en particulier et non pas une collection, il est possible d’affiner sa recherche en cliquant sur l’onglet « rechercher ». Il peut dès lors se focaliser sur une œuvre en particulier, sur un conservateur ou encore sur un artiste.

Lorsque l’on accède à notre image, un cartel détaillé nous expose les différentes informations relatives à l’œuvre à savoir son titre, son auteur, son lieu d’exposition, son lieu de conservation, son lieu d’acquisition, la technique utilisée mais également l’auteur de la photographie.

Certains mots clés en bas de page nous permettent d’accéder à d’autres œuvres relatives à une thématique précise. Prenons l’exemple de l’œuvre d’Henri Edmond Cross, peintre néo impressionniste, la chevelure exposée au musée d’Orsay ayant pour mots clés cheveux longs, coiffure (action), femme, peigne, pointillisme, ainsi que toilette (la). Lorsque l’on clique sur l’un des onglets type « coiffure », le visiteur accède à une pluralité d’œuvres ayant pour sujet ce type d’action, œuvres aux techniques diverses allant de l’estampe à la photographie en passant par la sculpture, toute époque et collection confondue.

Henri Edmond Cross, la chevelure

Henri Edmond Cross, la chevelure

Henri Edmond Cross,La chevelure

Henri Edmond Cross,
La chevelure

images relatives à la coiffure

images relatives à la coiffure

L’interface de l’agence photographique de la RMN a finalement pour but de faciliter les recherches des visiteurs dans un thème iconographique donné. D’autre part, il permet d’obtenir des reproductions de qualité, au crédit photographique viable et légitime.

Divisionism/Neo-Impressionism: Arcadia and Anarchy au Guggenheim museum

Par défaut
Page d'accueil

Page d’accueil

Le musée Guggenheim de New-York, ayant déjà été un précurseur pour la promotion du néo-impressionnisme aux Etats-Unis grâce à son exposition en 1968, redouble d’effort en proposant à partir du 27 avril 2007, une exposition établissant les liens entre le divisionnisme italien du nord et le néo-impressionnisme français. L’intitulé de cette exposition, Arcadia and Anarchy, est une allusion flagrante à la philosophie divisionniste et néo-impressionniste. Une anarchie politique pronant des idées de gauche, le tout avec un idéal de paysages idylliques comme la région mythique d’Arcadie en Grèce.

Présentation et problématique de l'exposition

Présentation et problématique de l’exposition

Le musée veut établir plus précisément l’influence de la touche vibrante de ce divisionnisme italien sur les peintres français qui s’en seraient inspirés. La collection d’œuvre présentée comprend des emprunts à des musées français et italiens ainsi que des prêts provenant de collections privées. L’exposition comprend des artistes tel que Giovanni Segantini, Angelo Morbelli, and Giuseppe Pellizza da Volpedo pour les divisionnistes et Georges Seurat, Paul Signac, and Camille Pissarro pour les néo-impressionnistes, bien entendu d’autres sont présents. La juxtaposition des couleurs dans le mouvement divisionniste du nord de l’Italie, aurait été poussée à l’extrême par les peintres français pour aboutir à une touche qui sépare les couleurs. Les deux mouvements voulaient donc bien offrir un effet d’optique au spectateur. A la différence que les italiens voulaient une illusion plus axée sur les mélanges de pigments alors que les français, eux, ont dirigés leur étude plus précisément sur la touche en plus de la couleur.

La différence entres les deux mouvement se voit jusque dans les thématiques des toiles et dans les objectifs de représentation des peintres. Les grandes compositions, les représentations en trois dimensions ainsi que la volonté de représenter le mouvement (la représentation du mouvement qui sera la préoccupation première des futuristes) sont présent en Italie alors que la France préfère, des représentations de la vie Bourgeoise et de représentations artistiques (comme le cirque de Seurat).

L’exposition se scindant en cinq parties, « la lumière », « les paysages », « la vie rurale », « les problèmes sociaux » et enfin « le symbolisme ». Ces cinq thématiques permettant de mettre en avant les divergences des peintres, par exemple la lumière qui démontre la préoccupation de certains peintres de la réfraction lumineuse des couleurs.

Archives

Archives

Nous devons préciser que nous avons pris connaissance de cette exposition antérieure grâce aux archives présentes sur le site du musée, un archivage qui débute en 1973. A partir de cette date, le Solomon R. Guggenheim Museum Archives donne accès aux documents, enregistrements et activités du musée pour permettre aux chercheurs d’avoir un support pour leurs recherches. Bien entendu à cette date l’archivage se fait sur papier, mais la conscience de la sauvegarde du patrimoine intellectuel est déjà présente. Le support numérique prend de l’importance depuis 1998, année du début de la numérisation des documents. La recherche dans la documentation numérique est simple, un mot-clef suffit à trouver son bonheur parmi les milliers de références disponibles.

Cette institution américaine n’a donc pas peur de la perte du contenu physique au profit du contenu numérique, elle prône plutôt l’utilité pour les personnes éloignées géographiquement, de l’accès à ses archives. Ce qui est le cas pour l’article ici présent. Le musée Guggenheim vit dans l’air de son temps, il ne rejette pas les idées novatrices, au contraire, il plonge dans cette génération digitale.

Paul Signac et les couleurs de l’eau

Par défaut

L’article de Véronique Bouruet-Aubertot dans l’interface numérique de la revue Connaissances des arts, revient sur l’exposition ayant lieu actuellement au musée Giverny sur Paul Signac, peintre autodidacte inspiré par l’œuvre de Claude Monet mais s’inscrivant dans une mouvance néo-impressionniste, usant dans son œuvre des différentes théorisations autour de la couleur et de la lumière et de leur représentation dans la sphère picturale.  Cette exposition se focalise sur un aspect de l’œuvre du peintre, à savoir ses réflexions autour de la représentation de l’eau.

Paul Signac

Paul Signac, La bouée rouge

Dans cet article, Veronique Bouruet-Aubertot, revient de manière synthétique et concise sur la carrière de Paul Signac et sur sa démarche artistique afin d’introduire la thématique de l’exposition.

Cette exposition abriterait plus d’une centaine d’œuvres retraçant l’ensemble de la production du maître et mettant en lumière l’évolution de sa production artistique.

Paul Signac, le phare d'Antibes

Paul Signac, Le phare d’Antibes

Cette exposition compterait parmi les événements phare de la deuxième édition du festival Normandie Impressionniste.

Paul Signac, Vue de Constantinople, le matin

Paul Signac, Vue de Constantinople, le matin

Malgré la faible densité de l’article, la journaliste nous donne un véritable aperçu sur la thématique de l’exposition et sur l’œuvre de Paul Signac en général.

Seurat’s Drawing au MoMA

Par défaut

Le musée du MoMA revient, dans son interface numérique, sur l’exposition de Georges Seurat, peintre chef de file du courant néo-impressionniste, ayant eu lieu à la fin de l’année 2007 jusqu’au début de l’année 2008. Cette exposition revient sur 500 dessins du maître alors méconnus du grand public, dessins utilisés comme étapes préparatoires à l’élaboration de ses toiles lui permettant de distinguer les différentes sources lumineuses, d’explorer les relations entre couleurs dissemblables.

 

L’exposition virtuelle est divisée en trois catégories elles même divisées en sous catégories, à savoir les « sketchbook » ou carnets de croquis où l’on peut consulter quatre carnets entièrement numérisés, une rubrique concernant la conservation revenant sur les matériaux ou encore sur les techniques utilisés par le maître ainsi qu’ une rubrique revenant sur les différents sujets explorés par le peintre tels que « Paris et ses environs », « Asnières », « La Grande Jatte », ainsi que « les cafés concerts ».

 

Capture d’écran (5)

Les quatre carnets de croquis mettent l’accent sur des esquisses élaborés non pas en atelier ou en école mais bel et bien dans les rues de Paris et ses environs entre 1877 et 1881. Ces études de nus, de paysages urbains ou encore de portraits témoigne de la virtuosité du peintre, mêlant style académique et approche personnel.

Carnet de croquis 1

Carnet de croquis 1

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

La catégorie conservation revient sur les différents matériaux utilisés par l’artiste, papier et crayon mais également sur les techniques expérimentées par le peintre dans l’élaboration de ces croquis préparatoires telles que l’utilisation d’un papier à grain pour créer une texture particulière, une luminosité plus intense ou encore pour apporter un rendu beaucoup plus contrasté.

La rubrique « subject » quant à elle revient sur les différentes ambitions du peintre pour représenter ses thématiques. En effet, par le croquis, l’artiste cherchait à capter une atmosphère spécifique qu’il serait à même, une fois en atelier, de transposer par le biais de la peinture.

La  pluralité de travaux répertoriés rend compte d’une réelle volonté du musée d’exposer aux spectateurs une facette encore cachée du peintre néo-impressionniste, essentiellement connu pour ses œuvres aux forts contrastes lumineux teintées d’une approche scientifique. En effet, cette exposition permet de découvrir un univers beaucoup plus intimiste.

Cette exposition numérique s’inscrit dans une démarche de démocratisation de la culture, permettant l’accès à un nombre de spectateurs beaucoup plus important que par la voie muséale. D’autre part, cette interface dynamique facilite la visite du spectateur pouvant jongler de rubrique en rubrique sans perdre le fil de l’exposition.

« De Delacroix à Signac » à Giverny

Par défaut

De Delacroix à Signac… au musée des impressionnismes Giverny (jusqu’au 31 octobre) est une vidéo de 4 minutes sur Youtube au sujet de l’exposition intitulée « De Delacroix à Signac. Dessins de la collection Dyke » au musée des impressionnistes à Giverny du 27 juillet au 31 octobre 2012. Cette dernière fut réalisée à l’initiative du conseil général de l’Eure dans l’objectif de promouvoir l’exposition. Sous la vidéo, nous pouvons trouver la description suivante:

« Aux États-Unis, James T. Dyke est l’un des collectionneurs les plus avisés de dessins européens et américains des XIXe et XXe siècles. C’est une centaine d’œuvres majeures sélectionnées parmi les dessins de sa collection privée que présente le musée des impressionnismes jusqu’au 31 octobre. La sélection s’articule autour d’artistes actifs entre 1830 et 1930, d’Eugène Delacroix à Bonnard, en passant par Vuillard et Signac. L’exposition offre un magnifique exemple de l’évolution générale du dessin moderne en France, du romantisme aux Nabis et aux néo-impressionnistes.« 

La vidéo est très bien faite, elle va droit au but, les effets rappellent le thème du pointillisme. C’est le directeur général du Musée des impressionnistes à Giverny qui nous présente lui-même l’exposition.

Capture image vidéo

Il s’agit d’une exposition en collaboration avec le collectionneur James Dyke qui prête sa collection de dessins pour l’exposition qui aura elle-même été reprise par le Modern Museum de Washington.

L’exposition souhaite mettre en valeur les oeuvre sur papier entant qu’oeuvre finie ou étude. Ils souhaitent montrer la diversité des oeuvres sur papier qui permettent de mieux comprendre le travail de l’artiste et son approche.

L’exposition retrace l’histoire de l’art pendant un siècle de 1830 à 1930 en traversant  » tout le XIXe siècle, un siècle très riche en dessins. » L’exposition aboutit à l’impressionnisme et met en exergue le lien avec les différents courants. On montre « l’intérêt de l’aquarelle, de la gouache, de la peinture sur papier ce qui est peu connu mais aussi du crayon conté qui est arrivé au milieu du XIXe siècle, du fusain, de la pierre et évidemment des pastels ».

Capture vidéo 2

A partir de 3 minutes 20, il nous présente les dessins de Paul Signac se trouvant dans la dernière salle et qui tisse un lien dans l’exposition. Il représente les néo-impressionnistes. Il nous parle même du festival des néo-impressionnistes où seront exposés des dessins correspondant au thème de  » Signac couleurs de l’eau ».

Oeuvres de Signac dans l'exposition.

Oeuvres de Signac dans l’exposition.

La vidéo nous donne un aperçu de la scénographie et de l’exposition en elle-même afin de nous donner envie d’y aller et dresse des pistes de réflexion. 

Une approche plus coloriste que pointilliste

Par défaut

Quel serait le meilleur endroit pour parler de l’influence de la couleur sur le fauvisme ?
 Bien entendu un seul musée pouvait recevoir une exposition qui prône cette idée, celui de Matisse. Une institution créée par le peintre lui-même le 8 novembre 1952, dans la ville de Cateau-Cambrésis, la ville de naissance du peintre.Le musée présente trois collections : la première étant la donation du peintre et l’enrichissement de cette collection par la famille, la deuxième est la collection Herbin qui est une donation aussi et enfin la troisième, la collection Tériade rassemblant des œuvres de Picasso, Chagall, Léger et autres.

Capture d’écran 2013-03-13 à 10.02.10

Une exposition du 11 mars au 10 juin 2012 tente de nous montrer cette influence qu’a pu avoir le néo-impressionnisme sur les fauvistes, et plus précisément l’influence d’Henri-Edmond Cross sur Matisse.Henri-Edmond Cross joua un rôle majeur parmi les pointillistes, Matisse voyant le talent de cet homme décide d’apprendre cette technique particulière, une technique qui lui permis une nouvelle expérimentation de la couleur.Les effets d’optique amenés par petites touches de couleur trouvèrent leur limite dans l’esprit du peintre mais, cet enrichissement personnel fut capital pour Matisse qui l’année suivante en compagnie de Derain, forgea le fauvisme.

Capture d’écran 2013-03-13 à 10.02.22

Cette exposition essaye donc d’offrir au spectateur un point de vu biographique de Cross pour montrer son influence sur Matisse. Le tout se déroule autour d’une centaine de tableaux qui permettent d’apprécier cet artiste qui est méconnu du grand public, de plus les influences ne sont pas toujours connues et cette exposition permet d’enrichir nos connaissances sur Matisse.

Deux des peintres les plus importants de notre siècle sont donc présentés dans le nord de la France, les plus fervents admirateurs auront fait le déplacement pour voir une exposition unique en son genre.