Archives de Tag: Peintre

Une exposition lumineuse à Giverny : le pointilliste Paul Signac

Par défaut

Le reportage de Virginie Ducroquet et Eric Pierson, .posté sur l’interface de France 3 TV, revient sur l’exposition de Paul Signac, peintre néo-impressionniste, ayant lieu actuellement au musée Giverny à Paris dans le cadre du festival Normandie Impressionnisme.

En effet, ce reportage revient sur le thème de l’exposition à savoir « Paul Signac et les couleurs de l’eau » en traitant dans une première partie des premières inspirations du peintre et de sa passion pour le milieu marin, univers cher à son cœur qu’il ne cessera de dépeindre tout au long de sa carrière.

Paul Signac en mer

Paul Signac en mer

Avant de s’inscrire dans une dynamique néo impressionniste, Paul Signac affiché un engouement pour la peinture impressionniste et plus particulièrement pour l’œuvre de Claude Monet, peintre du célèbre tableau Impression Soleil Levant.

Claude Monet, Impression Soleil Levant

Claude Monet, Impression Soleil Levant

 

Sa rencontre avec Georges Seurat, chef de file du courant néo impressionniste en 1884 le pousse à adopter cette spécificité scientifique du mouvement, reprenant les théories scientifiques de Goethe ou encore de Chevreul.

 

Cercle Chromatique de Chevreul

Cercle Chromatique de Chevreul

Il s’initie dès lors à la technique du pointillisme consistant à juxtaposer des touches de couleurs pures, point par point, créant un motif formé par l’œil lui-même grâce à une certaine harmonie des couleurs. En effet, les couleurs ne sont pas mélangées, c’est au spectateur de recomposer le motif par la seule observation de la toile.

Capture d’écran (25)

Suite à la mort de Seurat, Paul Signac décide de s’installer à St Tropez où  il se met rapidement à l’aquarelle, technique lui permettant de peindre sur le motif et lui remémorant ses premiers amours à savoir la peinture impressionniste. C’est un médium peut encombrant facilitant les voyages du peintre.

Capture d’écran (31)

Paul Signac, aquarelle

Paul Signac, aquarelle

Petit à petit ses aquarelles auront tendance à s’éloigner de tout réalisme de tendre vers des aspirations plus abstraite.

Ce reportage a le mérite de donner une vue d’ensemble sur ce qu’à pu être la carrière de Seurat tout en mettant en lumière la thématique de l’exposition, objet même du reportage à savoir « Les couleurs de l’eau ».

Publicités

Histoire par l’image – « St Tropez au tournant du XXe siècle »

Par défaut

L’histoire par l’image est une interface mettant en parallèle l’histoire de France et des collections de musées et d’archives recensées. Ce site est destiné aux professeurs et à leurs élèves mais également aux amateurs d’art et d’’histoire en soif de connaissances nouvelles.

Capture d’écran (21)

L’article de Alexandre Sumf met en relation l’œuvre de Paul Signac, peintre néo-impressionniste ayant mis en lumière la technique du divisionnisme, La Bouée rouge et le contexte historique dans lequel elle s’inscrit. En effet, dans une première partie, l’auteur revient sur la rencontre de Paul Signac avec cette ville côtière dans laquelle il installera son atelier. Cette ville gagne manifestement au début du XXème siècle en notoriété, le site devenant rapidement une enclave artistique, espace mondain où tous les maitres de cette période viennent peindre. Il recense la présence à cette période de peintres tels que Henri Matisse, chef de file du mouvement fauve ou encore celle de André Derain.

Paul Signac

Paul Signac, La Bouée rouge

C’est par le biais de telle représentation idyllique et pittoresque que St Tropez se fera sa réputation, ville associée à la détente mais également à la festivité et aux arts.

Dans une seconde partie, l’auteur expose au visiteur une analyse d’image qu’il finira par interpréter. En effet, il revient sur le cercle chromatique de la composition allant des ocres aux rouges orangés en passant par des tons bleutés apportant à la composition dynamisme et luminosité. Il prend pour centre de la composition cette bouée, une bouée rouge aussi banale que mystérieuse.

Dans une troisième partie, l’auteur expose son interprétation de cette composition, une œuvre s’inscrivant parfaitement dans une approche néo impressionniste mettant en lumière un caractère scientifique à leur approche artistique. Pour lui, c’est un St Tropez revisité, réinventé que nous expose l’artiste, disposant d’un fort potentiel imaginaire malgré son caractère pittoresque.

L’article d’Alexandre Smuf revient de manière synthétique et méthodique sur l’œuvre de Paul Signac, une œuvre véhiculant une image positiviste de cette ville synonyme encore aujourd’hui de sérénité, de mondanité et de simplicité.

L’interface du site nous donne également accès à d’autres images en lien aux différents mots clés de l’article à savoir « port », « côte d’azur », permettant aux visiteurs d’aller plus loin dans cette thématique.

Paul Signac et les couleurs de l’eau

Par défaut

L’article de Véronique Bouruet-Aubertot dans l’interface numérique de la revue Connaissances des arts, revient sur l’exposition ayant lieu actuellement au musée Giverny sur Paul Signac, peintre autodidacte inspiré par l’œuvre de Claude Monet mais s’inscrivant dans une mouvance néo-impressionniste, usant dans son œuvre des différentes théorisations autour de la couleur et de la lumière et de leur représentation dans la sphère picturale.  Cette exposition se focalise sur un aspect de l’œuvre du peintre, à savoir ses réflexions autour de la représentation de l’eau.

Paul Signac

Paul Signac, La bouée rouge

Dans cet article, Veronique Bouruet-Aubertot, revient de manière synthétique et concise sur la carrière de Paul Signac et sur sa démarche artistique afin d’introduire la thématique de l’exposition.

Cette exposition abriterait plus d’une centaine d’œuvres retraçant l’ensemble de la production du maître et mettant en lumière l’évolution de sa production artistique.

Paul Signac, le phare d'Antibes

Paul Signac, Le phare d’Antibes

Cette exposition compterait parmi les événements phare de la deuxième édition du festival Normandie Impressionniste.

Paul Signac, Vue de Constantinople, le matin

Paul Signac, Vue de Constantinople, le matin

Malgré la faible densité de l’article, la journaliste nous donne un véritable aperçu sur la thématique de l’exposition et sur l’œuvre de Paul Signac en général.

Seurat’s Drawing au MoMA

Par défaut

Le musée du MoMA revient, dans son interface numérique, sur l’exposition de Georges Seurat, peintre chef de file du courant néo-impressionniste, ayant eu lieu à la fin de l’année 2007 jusqu’au début de l’année 2008. Cette exposition revient sur 500 dessins du maître alors méconnus du grand public, dessins utilisés comme étapes préparatoires à l’élaboration de ses toiles lui permettant de distinguer les différentes sources lumineuses, d’explorer les relations entre couleurs dissemblables.

 

L’exposition virtuelle est divisée en trois catégories elles même divisées en sous catégories, à savoir les « sketchbook » ou carnets de croquis où l’on peut consulter quatre carnets entièrement numérisés, une rubrique concernant la conservation revenant sur les matériaux ou encore sur les techniques utilisés par le maître ainsi qu’ une rubrique revenant sur les différents sujets explorés par le peintre tels que « Paris et ses environs », « Asnières », « La Grande Jatte », ainsi que « les cafés concerts ».

 

Capture d’écran (5)

Les quatre carnets de croquis mettent l’accent sur des esquisses élaborés non pas en atelier ou en école mais bel et bien dans les rues de Paris et ses environs entre 1877 et 1881. Ces études de nus, de paysages urbains ou encore de portraits témoigne de la virtuosité du peintre, mêlant style académique et approche personnel.

Carnet de croquis 1

Carnet de croquis 1

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

Carnet de croquis 2

La catégorie conservation revient sur les différents matériaux utilisés par l’artiste, papier et crayon mais également sur les techniques expérimentées par le peintre dans l’élaboration de ces croquis préparatoires telles que l’utilisation d’un papier à grain pour créer une texture particulière, une luminosité plus intense ou encore pour apporter un rendu beaucoup plus contrasté.

La rubrique « subject » quant à elle revient sur les différentes ambitions du peintre pour représenter ses thématiques. En effet, par le croquis, l’artiste cherchait à capter une atmosphère spécifique qu’il serait à même, une fois en atelier, de transposer par le biais de la peinture.

La  pluralité de travaux répertoriés rend compte d’une réelle volonté du musée d’exposer aux spectateurs une facette encore cachée du peintre néo-impressionniste, essentiellement connu pour ses œuvres aux forts contrastes lumineux teintées d’une approche scientifique. En effet, cette exposition permet de découvrir un univers beaucoup plus intimiste.

Cette exposition numérique s’inscrit dans une démarche de démocratisation de la culture, permettant l’accès à un nombre de spectateurs beaucoup plus important que par la voie muséale. D’autre part, cette interface dynamique facilite la visite du spectateur pouvant jongler de rubrique en rubrique sans perdre le fil de l’exposition.

Seurat, le Cirque : œuvre commentée sur le site du Musée d’Orsay

Par défaut

L’article du site du Musée d’Orsay commentant l’œuvre de Georges Seurat, Cirque a été rédigé par Hervé Lewandowski. C’est une notice détaillée exposant le contexte de réalisation de cette œuvre, les différentes aspirations du peintre à savoir d’apporter une dimension scientifique propre aux peintures pointillistes et divisionniste de cette époque, usant des nouvelles théorisations de la couleur de Chevreul, théoricien du XIXème siècle ayant rédigé De la loi du contraste simultanée des couleurs, essai majeur dans la démarche artistique des peintres néo-impressionniste, Charles Henry théoricien faisant un parallèle entre la psychologie et la couleur et plus particulièrement sur l’importance que peut avoir cette dernière sur nos comportements ainsi que de Rood. Dans une seconde partie, il fait une description synthétique mais précise de l’œuvre de Seurat, traitant à la fois de la forme et de l’utilisation de la couleur en lien à la recherche de luminosité dans la toile. Le commentaire d’œuvre est d’une très grande neutralité. En effet, il n’y a pas de parti pris de la part du commentateur. D’autre part, cette notice s’adresse à un large public d’où l’aspect accessible de l’article.


Nous sommes face à un article de vulgarisation mais la dimension scientifique reste manifeste. Il s’agit d’un véritable commentaire d’œuvre. De plus, la légitimité de l’article est apportée par le site en lui-même, à savoir le site officiel du Musée d’Orsay.
Malgré le fait que l’article soit court, il permet de donner une vision globale de l’historicité de cette œuvre faisant même référence à certains artistes tels que Edgar Degas, Renoir et Henri de Toulouse Lautrec, ayant utilisé également la thématique du cirque dans certaines de leurs œuvres.. Un cartel complet traitant de l’historique, de l’iconographie et des techniques utilisées par l’artiste est disponible sur l’onglet « notice détaillée ». De plus, le visiteur a également accès à une courte bibliographie, lui permettant s’il le souhaite d’approfondir ses connaissances sur cette œuvre. L’article est assez clair même s’il manque à mon sens d’illustration et de détail de l’œuvre commentée. En effet, nous sommes face à une œuvre pointilliste mais aucun zoom n’est exposé pour véritablement donner une idée de ce qu’était la technique utilisé par les peintres de cette période.


Cependant l’article et le site en lui-même pourrait gagner en clarté en proposant éventuellement plus de tag ou de mot clé ou encore, en mettant certains termes en surbrillance tels que pointillisme, divisionnisme ou encore des noms propres tels que Chevreul et Rood. D’autre part, il y a très peu de référence à la vie du peintre mais la contextualisation de la réalisation reste précise.


En conclusion, l’article d’Hervé Lewandowski sert finalement à donner une vision globale, claire et synthétique de l’œuvre de Seurat, le Cirque. Malgré son aspect réducteur, la dimension scientifique reste manifeste.

Tableau de Georges Seurat, le Cirque

Tableau de Georges Seurat, le Cirque